vendredi 4 mai 2018

Théorie : Pourquoi y a-t-il du chômage ?

La conséquence logique du « développement » capitaliste


Décrocher un emploi est le premier souci de nombre d’entre nous. Car celui qui ne travaille pas ne mange pas ! Le ministre de l’Emploi nous a pourtant encore affirmé ce 15 janvier 2018 que le taux de chômage dans notre pays est en baisse constante, il vaudrait aujourd’hui à peine 2,8 %. Foutaises ? Mais pourquoi y a-t-il du chômage, pourquoi est-il si difficile de gagner un travail de nos jours ? Alors qu’il y a 100 ans les colons étaient contraints de recourir aux travaux forcés, aujourd’hui on se tue pour gagner un travail ! Pourtant, on a beau faire de longues études, des masters et des doctorats, cela n’est toujours pas une garantie.

– camarade Guide


Le chômage découle tout simplement du fonctionnement du système capitaliste. Autrefois la population, peu nombreuse, était occupée à l’artisanat et à l’agriculture. Aujourd’hui on manque de terre et les sols sont de moins en moins fertiles : les jeunes villageois viennent se chercher en ville. Les artisans ont disparu car leurs produits sont remplacés par des produits fabriqués en usine (sachets plastiques au lieu de paniers, chaussures en plastique, vêtements, etc.). Tous ces gens se retrouvent donc sans travail. Les petits commerçants sont concurrencés par les supermarchés. Les petits métiers font faillite tandis que les grands industriels profitent.

Tout cela crée un prolétariat, une masse de gens sans moyens de subsistance propre, qui sont contraints de chercher un travail auprès d’un patron. Mais les patrons ne donnent pas de travail cadeau. Leurs milliards ne sont investis (pour l’achat de machines, bâtiments, paiement des salaires, etc.) que si cela leur rapporte un bénéfice direct. Si l’investissement est trop couteux ou le bénéfice non assuré, le patron bloque le projet.

De plus, la concurrence entre patrons les force à constamment chercher à réduire leurs couts en mettant en place de nouvelles technologies pour économiser des travailleurs. Plus la technologie se développe, moins on crée d’emplois. Les entreprises qui ne parviennent pas à s’adapter pour suivre la concurrence disparaissent : cela aussi détruit l’emploi, les anciens petits patrons vont se chercher comme employés dans les grandes entreprises. C’est ce qui explique qu’on peut avoir un taux de croissance de l’économie de 10  % et 0 création d’emploi.

Comme en plus les différents pays sont en concurrence, chacun rivalise d’imagination pour attirer les investisseurs chez lui : baisse de taxes ici, interdiction des grèves là-bas… Le patron a tous les droits, car c’est lui qui crée l’emploi !

Le chômage ne disparaitra qu’avec la mise place d’une économie socialiste démocratiquement planifiée, dans laquelle on ne produira plus en fonction du profit individuel qu’en tire tel ou tel patron, mais des besoins réels de la population. Le peuple, par l’intermédiaire d’organes démocratiquement élus, dictera lui-même ses besoins et déterminera les moyens qu’il faut pour les satisfaire, après avoir nationalisé l’ensemble des ressources naturelles du pays pour pouvoir les mettre au service de la nation et non pas de telle ou telle entreprise exploitante.

Seul dans une économie socialiste, il n’y aura pas de chômage car la concurrence aura disparu et tous les bras valides seront mis automatiquement au service du pays.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire