mardi 2 avril 2013

Théorie : L'Afrique peut-elle sauver le capitalisme ?

L'Afrique peut-elle sauver le capitalisme ?

L'élite capitaliste cleptomane vit dans l'opulence, mais la croissance ne touche pas les masses laborieuses

Money Bankroll Girls February 08, 20113, by stevendepolo via Flickr CC
Vers un capitalisme africain ?
« Je suis absolument convaincu du fait que l'Afrique représente la prochaine zone pionnière économique mondiale, et je ne suis pas le seul à partager cette conviction » affirmait en avril dernier Johnnie Carson, sous-secrétaire d'Etat américain pour l'Afrique. Il n'est pas le seul à exprimer son optimisme croissant au sujet de l'Afrique. Comme il l'a fait remarquer, les perspectives de croissance de la Banque mondiale pour l'Afrique pour les deux prochaines années se situent entre 5 et 6 %, un taux de croissance au-delà de celui de l'Amérique latine, de l'Asie centrale ou de l'Europe.

 Peluola Adewale, Democratic Socialist Movement (CIO Nigeria) 



Selon les prévisions du FMI pour les cinq années qui suivent 2011, sept pays africains (Éthiopie, Mozambique, Tanzanie, Congo-Kinshasa, Ghana, Zambie et Nigeria) se trouveront dans les top dix des pays à la croissance la plus rapide au monde. Une analyse du magazine The Economist révélait l'an dernier que six pays africains (Angola, Nigeria, Éthiopie, Tchad, Mozambique et Rwanda) se trouvaient dans le top dix des pays qui ont eu la croissance la plus rapide entre 2000 et 2010. De fait, l'Afrique a commencé à attirer des remarques positives de la part des commentateurs capitalistes, surtout depuis le début de la crise économique mondiale.

Cette crise, qui est la pire crise capitaliste depuis la Grande Dépression des années 1930, a enflammé l'Europe et les États-Unis, poussant apparemment les stratèges capitalistes à aller chercher le succès ailleurs – et ils en auraient trouvé en Afrique.

Les grands médias capitalistes ont arrêté leur campagne permanente de dénigrement du continent africain, et acclament à présent en grande pompe la moindre tendance “positive”. On peut voir un exemple clair de tout ceci dans les pages de The Economist où l'Afrique s'est métamorphosée, passant de “Continent sans espoir” en mai 2000 à “Continent rempli d'espoir” en décembre 2011.

Cependant, la plupart des superbes taux de croissance de ces pays reflètent une hausse de la valeur des exportations des matières premières, à la fois en termes de production et en termes de prix, qui est liée à la croissance de la demande mondiale, surtout de la part de la Chine. Par exemple, le prix du pétrole est passé de 20 $ du baril en 1999, à 147 $ en 2008. Ces statistiques, de manière générale, ne reflètent pas une croissance généralisée de l'économie du continent ni de son niveau de vie. De plus, tout ralentissement de l'économie, que ce soit en Occident ou en Chine, aura pour conséquence une baisse brutale de la demande pour les exportations africaines.

Une grande misère

Pour la plupart des travailleurs, qui n'ont vu qu'une aggravation de leurs conditions de vie d'année en année, les statistiques économiques impressionnantes qu'on voit apparaitre çà et là sont un grand mystère. En fait, la forte augmentation du prix de la nourriture et du carburant revient à une attaque constante contre le niveau de vie. L'Afrique est aujourd'hui un continent dévasté par une misère de masse, avec un accès très limité aux nécessités vitales de base.

Par exemple, en Éthiopie – pays qui se trouve justement sur la “liste d'or” –, 90 % de la population a été classée en tant que “pauvre multidimensionnelle” par un rapport du Programme des Nations-Unies pour le développement (Pnud) publié en 2010. La situation au Nigeria, qui est le plus grande producteur de pétrole africain, a également été très correctement décrite par le Pnud. Son représentant dans le pays, M. Daouda Touré, a remarqué que ''Depuis maintenant plus d'une décennie, le Nigeria a connu un taux de croissance élevé permanent, qui n'a pas eu la moindre répercussion sur le plan de l'emploi ni sur celui de la réduction de la pauvreté parmi ses citoyens.'' Il ajoute : ''Les statistiques disponibles en ce moment suggèrent que le taux de pauvreté au Nigeria s'est en réalité aggravé entre 2004 et 2010'' (The Nation, Lagos, 29 août 2012). Cela n'a que confirmé ce que le statisticien général du Nigeria, M. Yomi Kale, avait dit concernant le ''paradoxe (…) qui fait que malgré le fait que l'économie nigériane est en pleine croissance, la proportion de Nigérians vivant dans la pauvreté ne fait qu'augmenter d'année en année.'' (The Guardian, Lagos, 14 février 2012).

L'Afrique du Sud, qui est la plus grande économie du continent, est aussi le deuxième pays le plus inégalitaire au monde. Cela, malgré la politique du “black economic empowerment” (promotion économique des noirs) menée par le gouvernement ANC dans l'Afrique du Sud post-apartheid.

En Angola, les deux tiers de la population vivent avec moins d'un euro (656 FCFA) par jour, et seuls 25 % des enfants fréquentent l'école primaire (The Guardian, Londres, 18 novembre 2011). L'Angola est pourtant le pays qui a eu le taux de croissance économique le plus élevé au monde, avant la Chine, dans les années 2000 à 2010. L'Angola représente à l'heure actuelle un paradis économique pour le capitalisme portugais, dont le pays natal se trouve en ce moment sous les feux de la crise de la zone euro. Ce pays nous offre ainsi un exemple classique de migration inversée entre l'Europe et l'Afrique.

Non seulement l'Angola abrite aujourd'hui une communauté de 150 000 Portugais chassés par le chômage dans leur pays, mais il a également massivement investi ses pétrodollars au Portugal. La compagnie pétrolière d'État angolaise, la Sonangol, est le principal actionnaire d'une des plus grandes banques du Portugal, la Millenium BCP. En juin 2010, l'ensemble des investissements angolais dans des entreprises portugaises étaient estimés valoir plus de deux milliards d'euros, selon le Financial Times. Et pourtant, on ne trouve quasiment ni électricité ni eau potable dans tout le pays, même dans la capitale Luanda.

Tout cela est symptomatique de la situation en Afrique, où la croissance économique se reflète uniquement dans l'opulence de l'élite de voleurs capitalistes au pouvoir, et aucunement dans le développement de l'infrastructure ou dans l'amélioration du niveau de vie de la masse de la population.

Mais les stratèges capitalistes ne sont pas concernés par le sort des travailleurs. Tant qu'il y a des ressources naturelles à exploiter librement pour leurs super-profits, l'Afrique est pour eux tels un lit de roses.

Comme le rapportait The Guardian de Londres : ''Il y a parmi le monde des affaires de plus en plus de confiance dans le fait que l'Afrique est la destination d'investissements qui donne les plus grands profits au monde'' (28 mars 2012). C'est ainsi que la banque d'investissements mondiales Goldman Sachs disait dans un rapport en mars 2012 que : ''L'Afrique est une destination à laquelle les investisseurs doivent réfléchir, pour une croissance sur le long terme (soit on y participe, soit on rate une bonne occasion).''

Cette course à la super-exploitation de l'Afrique explique pourquoi le continent, avec ses immenses ressources naturelles et ses immenses terres fertiles pour l'agriculture, est dominé par des multinationales et est dirigé sur base d'une politique capitaliste néolibérale qui bénéficie avant tout à l'Occident impérialiste.

L'absence d'infrastructures de base (ou, quand elle est présente, sa médiocrité) signifie que l'Afrique est toujours en très grande partie dépendante de ses exportations de matières premières, et que le continent dans son ensemble ne compte toujours que pour un ridicule 2 % de la production mondiale.
Les soi-disant “investisseurs” ne sont surtout intéressées que par les industries d'extraction qui, bien que créant de la croissance, ne créent que très peu d'emplois. Cet échec dans le développement de l'industrie de transformation explique pourquoi l'Afrique, en tant qu'exemple classique de croissance sans emploi, ne peut imiter le rôle de la Chine en tant que moteur du capitalisme mondial, malgré son immense population et son urbanisation croissante. Au contraire, c'est le capitalisme qui garantit le sous-développement du continent.

Une corruption généralisée

Les souffrances de l'Afrique sont également dues à la corruption caractéristique de ses dirigeants. Il convient cependant bien de souligner le fait que la corruption est loin d'être propre de l'Afrique ou des pays en développement.

La plupart des ressources qui restent en Afrique, après les pertes dues au commerce inéquitable et au payement de la dette, sont volées par les dirigeants pro-impérialisme corrompus, puis envoyées vers des comptes en banques privés à l'étranger, en Europe ou en Amérique.

Le capitalisme néolibéral, qui entraine avec lui privatisations et dérégulations, a donné encore plus de marge aux dirigeants africains pour piller le trésor public, puisque ce ne sont plus eux qui sont censés utiliser ces ressources afin de fournir les infrastructures et les services de base.

Mais face à cette situation, les travailleurs, les jeunes et les pauvres du continent sont loin d'être passifs. L'Afrique a une longue histoire de luttes de masse contre le colonialisme et le racisme. Plus récemment, on a vu apparaitre des luttes contre les régimes pourris et corrompus et pour une vie meilleure, comme on l'a vu après les insurrections de masse, surtout en Afrique du Nord, qui ont chassé au moins trois dictateurs. En janvier 2012, nous avons assisté à la plus grande grève générale et au plus grand mouvement de masse de toute l'histoire du Nigeria, contre la hausse du prix de l'essence. Les mineurs sud-africains, dans leur lutte pour de meilleures conditions de travail et pour un meilleur salaire, ont quasi mis à genoux l'industrie minière. Le secteur des mines compte pour une très grande part de la richesse du pays ; il est aussi un symbole de l'immense inégalité entre travailleurs et patrons.

Cette lutte des mineurs, dans laquelle le DSM sud-africain joue un rôle dirigeant, a contribué à mettre au-devant de la lutte la revendication pour la nationalisation de l'industrie minière, ainsi que l'idée d'une alternative politique des travailleurs et des pauvres contre l'ANC.

Les mouvements de masse des travailleurs et de la jeunesse en Europe, et en particulier en Grèce et en Espagne, contre l'austérité et contre les attaques néolibérales sur l'emploi, sur les salaires, sur l'enseignement et sur la santé, vont continuer à élever la conscience des travailleurs en Afrique. Les nouvelles luttes qui vont se développer en Afrique auront pour effet qu'il n'y aura aucun refuge sûr pour le capitalisme dans un monde de crise, et seront une source d'inspiration afin d'intensifier la quête d'une alternative socialiste.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire