dimanche 29 mars 2015

Nigeria : décès du camarade Uche Dike

Un socialiste et un défenseur de la classe prolétaire parti trop tôt 


C'est vers midi du vendredi 20 mars 2015 que les membres de la famille de notre camarade Uchenna Dike ont transmis à la section Lagos-Ajegunle du Mouvement socialiste démocratique (DSM, CIO au Nigeria) la triste nouvelle du décès de leur fils, qui nous a quittés à l'âge de 31 ans, après plus de 12 ans de lutte à nos côtés depuis son adhésion en 2002.

Faire-part de la section Lagos-Ajegunle du Mouvement socialiste démocratique (DSM, CIO au Nigeria)

Les circonstances qui entourent le décès de notre camarade sont fort mystérieuses. Quelques jours avant sa mort, il s'était plaint à ses camarades de douleurs à la poitrine et au ventre. Après s'être couché jeudi soir, il ne s'est pas levé le matin de vendredi. Comme tout le monde le croyait parti au travail, sa mort n'a été révélée que vers 11 h du matin, après que la porte de sa chambre ait été enfoncée par la famille. C'est alors qu'elle a découvert sa dépouille gisant sur le sol de la chambre, les bras pliés sur la poitrine. 

Les membres de la famille ont beau soupçonner une cause mystique ou magique d'être derrière le décès de leur fils, le fait est qu'il y a une explication rationnelle au décès du camarade Uche tout comme pour la mort de centaines de Nigérians pauvres qui partagent les mêmes conditions de vie. Il est avéré que les infrastructures de la santé du Nigeria ont été complètement ruinées par les diverses élites bourgeoises qui se sont succédé au pouvoir et qui toutes préfèrent aller se faire soigner à l'étranger que de chercher à améliorer un tant soit peu le système de soins de santé de leur propre pays. 

Si la société était mieux organisée et dirigée selon des principes de justice et d'égalité, le risque à la santé du camarade aurait pu avoir été détecté bien plus tôt, et celui-ci aurait pu avoir bénéficié de médicaments et de recommandations appropriées. D'ailleurs, c'est justement la nécessité de mettre un terme à cette situation, causée par la logique du capitalisme qui préfère placer le profit avant les besoins de la population travailleuse et pauvre, qui avait convaincu le camarade Uche de rejoindre le DSM (section du CIO au Nigeria). 

Contrairement à d'autres militants de son quartier qui avaient rejoint notre organisation en même temps que lui, le camarade Uche est resté actif jusqu'à son trépas, approfondissant sa compréhension des idées du socialisme et intervenant dans les luttes des travailleurs de sa commune et d'ailleurs afin de convaincre d'autres de rejoindre le DSM. Le moins que nous puissions dire est qu'il va nous manquer. Sa mort prématurée est une grande perte tant pour sa famille que pour le DSM.

La dernière semaine de sa vie avait été consacrée à de nombreuses bonnes actions envers les camarades de sa section et son entourage. Comme il avait tout juste trouvé un nouveau travail au mois de janvier, le camarade avait décidé de relever le montant de sa cotisation de janvier et de février et avait promis de faire de même sitôt qu'il allait recevoir son salaire de mars. 


Formation

Son calme le démarquait fortement de tous les autres camarades de sa section. Son approche des problèmes était toujours de chercher à mener des actions capables de clarifier la route à suivre pour progresser. En 2006, il avait été admis à l'Académie polytechnique fédérale Nekede de l'État de Imo (Sud-Est en pays igbo) pour y étudier la gestion des affaires publiques. Après avoir obtenu son diplôme national ordinaire, il avait obtenu quelques années plus tard son diplôme national supérieur. Il avait également accompli son service civique national en 2014.

Le décès du camarade Uche est d'autant plus tragique donc qu'il est survenu subitement après qu'il ait enfin obtenu tous ses diplômes, après tous les efforts de sa mère et des membres de sa famille pour le faire réussir à l'école et après qu'il soit parvenu à obtenir un poste qui allait lui permettre d'oublier toutes les privations de la période précédente. Il s'agit d'une conclusion au gout extrêmement amer. 

Le camarade Uche donne cours lors de l'école de vacances 
mise en place par la Campagne pour le droit à l'enseignement

Lutte politique

La contribution du camarade Uche à la lutte dans la commune d'Ajegunle à Lagos a certainement eu un véritable impact sur la vie politique, sur la formation et sur d'autres aspects de la population de sa commune. Vu que le QG de la section se trouve dans la même rue que sa maison, il avait pu devenir immédiatement très actif et avait progressé très rapidement. Sa première participation a eu lieu dans le cadre du Parti pour la conscience nationale (NCP) fondé par Chief Gani Fawehinmi qui s'était porté candidat pour la présidence du Nigeria aux élections de 2003. Le camarade Uche était un des agents du parti au bureau de vote. Le DSM avait en effet décidé de s'associer au NCP afin de pouvoir rentrer en contact avec les larges couches de la population qui désiraient un véritable changement. D'ailleurs, c'est cette participation à la campagne du NCP qui nous avait permis d'entrer en contact avec le camarade Uche.

Après avoir accompli son service civique national en 2014 dans l'État de Ekiti (Ouest en pays yoruba), il est revenu à Lagos. À son retour, il nous a donné une formation sur l'élection au poste de gouverneur de l'État de Ekiti qui avait eu lieu avant son retour à Lagos. Il nous a décrit la ruine de l'infrastructure dans cet État, le taux de chômage élevé et l'abandon dont souffre la population de cet État. Son analyse nous a démontré à quel point le gouvernement dirigé par M. Fayemi de l'APC (Congrès panprogressiste) n'était en rien différent du gouvernement précédent dirigé par le PDP (Parti démocrate populaire, le parti du président Goodluck Jonathan). C'est pourquoi en l'absence d'un véritable parti populaire, le PDP a été réélu en remplacement de l'APC. L'État se morfond donc dans la barbarie en attendant le socialisme !

Il ne s'agit cependant pas de la seule formation qu'il nous a donnée. À la fin de l'école de vacances organisée en 2014 par la Campagne pour le droit à l'enseignement (à laquelle il participait chaque année activement non seulement en tant qu'enseignant bénévole mais aussi en tant qu'organisateur pour les étudiants des écoles secondaires de la commune), il avait aussi mené un débat sur l'importance de l'enseignement pour les élèves du secondaire qui avaient participé à l'école de vacances, lors d'un meeting organisé spécialement pour les participants. Lors de ce débat, il a appelé les élèves présents à prendre leur éducation très au sérieux et à exiger du gouvernement un meilleur financement pour le secteur de l'enseignement, en leur rappelant que chaque enfant a le droit à l'enseignement. C'est sa ténacité qui nous a permis d'inviter des enseignants bénévoles pour l'école de vacances gratuite mise en place par la Campagne pour le droit à l'enseignement chaque année au mois d'aout.

Le camarade Uche participait à de nombreuses luttes contre la politique capitaliste néolibérale des deux partis traditionnels que sont le PDP et l'APC. On compte parmi ces luttes la grande grève générale de janvier 2012 contre la cruelle hausse du prix de l'essence. Dès que la hausse du prix de l'essence avait été annoncée tard le soir du 1er janvier 2012, le camarade Uche et de nombreux autres camarades du DSM de la section Ajegunle ont organisé un meeting dès 8 h du matin le lendemain dans leur commune afin de réveiller l'ensemble de la population et de l'appeler à riposter et à résister contre la hausse du prix de l'essence. Ce meeting a été organisé à un moment où la plupart des gens sortaient à peine de l'ambiance des fêtes de fin d'année. Malgré tout, il a pu compter sur un large soutien parmi la population. Dès le début de notre marche qui est partie du QG de la section Ajegunle du DSM à Boundary Road jusqu'au rond-point Okoya (soit une distance de 3 km), le camarade Uche a distribué des tracts et a discuté avec la population sur la question de la hausse du prix de l'essence et de pourquoi il était nécessaire de se battre contre cette mesure car elle allait avoir un effet dévastateur sur la vie de la population travailleuse. Le camarade Uche était également impliqué dans toutes les grèves et manifestations contre la casse des services publics, etc. de 2000 à 2007 sous le gouvernement Obasanjo et ensuite.

En cette période où l'austérité imposée par les capitalistes frappe fortement la population et où cette politique nécessite une riposte urgente de la part des masses populaires, il est très triste de perdre un camarade dont l'expérience, la ténacité et l'engagement allaient être extrêmement précieuses dans le cadre des luttes en préparation. Nous honorerons la mémoire du camarade Uche en jurant de renforcer notre lutte pour renverser le capitalisme et établir le socialisme.

Uche et d'autres camarades pendant une mobilisation 
pour la grève générale de janvier 2012

Aucun commentaire:

Publier un commentaire