mardi 21 mai 2013

Égypte : le gouvernement des Frères musulmans confronté à l'opposition populaire

Aucune confiance dans l'une ou l'autre faction politique capitaliste ! Pour une lutte de masse pour les revendications des travailleurs !


Ces dernières semaines en Égypte ont été marquées par une vague de manifestations populaires de masse contre le président Morsi et son gouvernement des Frères musulmans. Notre camarade Georg Maier, qui a récemment visité le Caire, analyse ici la crise politique, sociale et économique qui vit en Égypte.

Les plus importants soulèvements ont eu lieu non au Caire, mais dans des villes du delta du Nil et le long du canal de Suez. Ces régions qui ont été négligées pendant des années ont vu une nouvelle vague de luttes contre la misère, la répression étatique et dans certains cas, contre le nouveau régime lui-même.

Article rédigé fin mars par notre camarade Georg Maier, du Sozialistische LinksPartei (Parti de gauche socialiste, section autrichienne du CIO)




Impasse économique


Le chômage a constamment augmenté au cours des derniers mois. Les prix de la plupart des marchandises, surtout des produits de base, ont également augmenté. Le régime tente d'arranger un emprunt de 4,8 milliards de dollars auprès du FMI afin d'accroitre ses réserves en monnaie étrangère, qui s'élèvent aujourd'hui à 13,6 milliards de dollars (comparé à 36 milliards en 2011).

Le régime a produit une liste de 100 “produits de luxe non-nécessaires” (y compris par exemple, des “luxes” tels que les noix !), sur lesquels il y aura des restrictions à l'importation. On constate avec intérêt que le gaz lacrymogène ne semble par contre pas être un produit de luxe, puisque le gouvernement a acheté il y a quelques jours une quantité de gaz lacrymos valant 2,5 millions de dollars auprès d'une entreprise américaine. Tout cela a déclenché des manifestations de mécontentement, même parmi les membres de la Confrérie musulmane (dont beaucoup de commerçants qui forment la base des Frères musulmans, et qui souffrent en ce moment des restrictions à l'importation), ce qui a encore plus sapé l'autorité du régime aux yeux de beaucoup de personnes.

Si le FMI accepte cette nouvelle demande d'emprunt, cela sera évidemment avec ses conditions. Celles-ci visent en général la réduction des subsides. On a déjà vu la coupe des subsides des prix du gaz et de certains produits pétroliers, qui ont déclenché des manifestations dans le delta du Nil, accompagnées de barrages routiers et sur les lignes de chemin de fer. On s'attend à ce que l'effet le plus dévastateur de ces coupes soit l'impact sur le prix du pain. Le pain subsidié coute en ce moment 5 piastres dans la plupart des boulangeries. Or, la rumeur et les discussions mentionnent le fait que le prix pourrait tout d'un coup se rehausser à 25 piastres. Déjà des gens parlent d'une possible “révolte du pain”, ou, comme certains l'ont appelée, d'une “intifada du pain”. Les médias ont fait état d'émeutes au cours desquelles des supermarchés et des boulangeries auraient été vandalisées.

L'industrie du tourisme (qui employait naguère à peu près 12 % de la main d'œuvre) est soumis à une très grande pression, et ceux qui autrefois vivaient de la vente de services ou marchandises aux touristes connaissent maintenant beaucoup de difficultés.

Les lacrymos ne sont, selon le gouvernement, pas un produit de luxe

Les Frères musulmans en perte de soutien


Il y a un sentiment largement répandu selon lequel le parti au pouvoir n'est pas mieux que l'ancien régime Moubarak. Le vieux système de népotisme a été à son tour adopté par les Frères musulmans – suscitant la colère du peuple. Avec le “rattrapage” opéré par les Frères musulmans, des dizaines de milliers de sympathisants des Frères musulmans reçoivent un poste dans la fonction publique, les membres du parti sont promus plus rapidement, et les contrats publics sont attribués de gré à gré à des entreprises appartenant aux membres du parti. Même en zone rurale, où le soutien en faveur des Frères musulmans lors des dernières élections était particulièrement élevé, cela a causé des manifestations massives contre les autorités régionales, y compris l'incendie du QG des Frères musulmans dans plusieurs villes provinciales.

Par exemple, à Kafr el-Cheik, ville de 150 000 habitants dans le delta du Nil, complètement négligée par le gouvernement central depuis des décennies, le gouverneur a publiquement déclaré ceci : « Je soutiens la “frère-musulmanisation” du pays, parce que c'est ça, la démocratie ». Alors qu'au même moment, le président Morsi et de hauts cadres gouvernementaux du Parti pour la liberté et la justice (le parti des Frères musulmans) nient l'existence de ce rattrapage.

La situation économique désespérée a causé à Kafr el-Cheik l'immolation d'un jeune chômeur, à qui les autorités avaient conseiller d'aller cirer des chaussures dans la rue ou d'aller demander l'aumône auprès d'une association charitable. Ce suicide a déclenché des manifestations dans cette ville normalement calme et conservatrice, connue uniquement pour être la ville natale de Mohammed Atta, un des terroristes qui ont causé l'attentat du 11 septembre 2001 aux États-Unis. Des milliers de gens ont marché sur le bureau du gouvernement pour réclamer des droits sociaux et la chute du régime.

Le président Morsi et les Frères musulmans ne cessent de perdre du soutien. Ils ont été élus sur base de leur promesses de démocratie et de justice sociale, mais ne peuvent ni ne veulent mettre en place la moindre amélioration. Les gens sont de plus en plus scandalisés, et de plus en plus de gens réclament le départ du gouvernement précisément dans ces circonscriptions qui ont voté des candidats Frères musulmans au parlement lors des élections de 2011-2012. Au cours des élections syndicales aussi, les Frères musulmans sont en net recul depuis plusieurs mois. Dans le syndicat des vétérinaires, qui était traditionnellement sous contrôle des Frères musulmans tout au long de l'ère Moubarak, ceux-ci ont été entièrement chassés de la direction du syndicat lors des dernières élections en son sein.

Les Frères musulmans sont occupés à un véritable “rattrapage” politique

Une nouvelle vague de révoltes


La lutte la plus importante de celles qui se déroulent en ce moment à été la révolte à Port-Saïd, ville portuaire à l'extrémité nord du canal de Suez. Cela fait maintenant des semaines que la ville est ébranlée tous les jours par des manifestations et connait de ce fait un état de grève général virtuelle. La police a été battue et contrainte de quitter la ville. À la place, les citoyens ont mis en place une “police populaire”. Lorsque la police est revenue début mars, elle n'a été capable de se réinstaller qu'avec la “protection” de l'armée. Cela reflète le changement de rôle au sein des structures étatiques, et pourrait indiquer un rôle renouvelé et plus actif pour l'armée (voir plus bas).

La lutte de Port-Saïd est à un très haut niveau de confrontation avec l'État capitaliste et de remise en question de son rôle. Mais il y a aussi certainement des caractéristiques “spéciales” de cette lutte, qui reflètent l'incertitude sur le plan politique et le manque d'une réelle perspective pour la lutte des travailleurs et des masses pauvres. Une revendication centrale, qui représente surtout les intérêts des capitalistes et des commerçants locaux, est la réouverture de la zone franche du port. Il semble que cette revendication ait été reprise par certains jeunes et travailleurs. La deuxième caractéristique “spéciale”, qui vit surtout parmi les jeunes actifs dans la lutte, est la revendication de la libération des martyrs de la répression policière de même que des supporters de l'équipe de foot du al-Masry Club qui ont été condamnés à mort à la suite du massacre de bon nombre de supporters d'al-Ahly. Cette revendication isole du coup le mouvement du Caire, où la plupart des supporters d'al-Ahly demandent au contraire une plus forte condamnation des auteurs. Mais ce sont les forces de sécurité responsables du massacre qui devraient être jugées. Une enquête indépendante et démocratique accomplie par les supporters des deux camps et par les syndicats devrait être organisée afin de déterminer ce qu'il s'est réellement produit ce jour-là. Les véritables criminels sont les cadres du gouvernement qui désiraient prendre leur revanche sur les al-Ahly Ultras pour leur rôle héroïque pendant et depuis la révolution, c'est eux qui devraient répondre à la justice.

À ces deux revendications, les travailleurs ont ajouté leurs revendications économiques (de meilleurs salaires, etc.). Mais, face à la répression policière et à la mauvaise volonté du régime qui refuse la moindre concession (au moins tant que le mouvement en reste à ce stade), la plus importante revendication développée par le mouvement est celle de la chute du régime et de la fin du règne des Frères musulmans. Le gouvernement a peur que le mouvement ne se répande. Des mouvements similaires sont déjà nés (bien que d'une moindre ampleur) dans d'autres villes du canal et du delta, comme à Suez, à Ismaïlia, à Mansourah, et à el-Mahallah.

La révolte à Port-Saïd a fait plusieurs dizaines de morts

L'appareil d'État


Toutes ces révoltes et manifestations représentent une réelle menace pour l'élite dirigeante – la nouvelle comme l'ancienne. Il est possible, comme cela est largement discuté parmi la population, que le Conseil suprême des forces armées (CSFA) prenne le pouvoir, comme il l'a fait après la chute de Hosni Moubarak en 2011. De plus en plus de gens, partisans de l'ancien régime, grands commerçants et entrepreneurs, qui aimeraient voir une “main forte” diriger le pays. Il y a des manifestations dans les quartiers riches du Caire pour demander le retour au pouvoir du CSFA.

L'intervention de l'armée à Port-Saïd, où elle a affirmé ne jouer qu'un rôle “neutre”, sans attaquer directement les manifestants, tout en protégeant les institutions publiques, est censé nous rappeler du rôle qu'a joué le CSFA en février 2011. Confronté à une détermination et à une confiance accrue de la part des manifestations de masse qui se déroulaient à l'époque, le CSAF n'était pas certain que les simples soldats obéissent à l'ordre de tirer, c'est pourquoi l'ordre n'a pas été donné. L'armée n'a pas attaqué les manifestants, mais en même elle s'est assurée que le mouvement n'échappe pas à tout contrôle et ne renverse les fondations mêmes du capitalisme égyptien et de son État.

Il semble aussi y avoir des fractures au sein de la police. Des milliers de policiers sont en ce moment en grève indéterminée afin d'exiger de « ne pas se retrouver impliqués dans le conflit politique entre le gouvernement et l'opposition », comme l'a déclaré dans les médias un colonel de police, qui a également revendiqué la démission du ministre de l'Intérieur, Mohammed Ibrahim. Cela alors que le gouvernement s'efforce de renforcer la police et sa capacité à disperser les manifestations. Depuis la mi-février, les simples agents de police ont le droit de porter des pistolets et des munitions (auparavant, le port d'armes était réservé aux officiers et à certaines forces spéciales). L'appareil d'État de manière générale fait toutes sortes d'efforts dans le but de pouvoir dans les faits réprimer l'opposition et les révoltes. Le parti d'extrême-droite salafiste Gamaad al-Islamiya est lui aussi en train de mettre en place des “comités de citoyens” (dans les faits, des milices islamistes) afin d'attaquer les manifestations.

Toutes ces évolutions sont dangereuses pour le mouvement ouvrier et pour la gauche. Confronté à la répression policière, aux miliciens pro-gouvernementaux et aux groupes islamistes de droite, le mouvement ouvrier doit développer une stratégie claire afin de se défendre. On a vu récemment dans les manifestations l'apparition d'un “Black Block” (“Bloc noir”), groupe assez désorganisé de jeunes portant des masques noirs afin de se battre avec la police et les miliciens. Bien qu'un tel développement soit compréhensible, l'existence d'un tel mouvement est utilisée comme prétexte par le gouvernement pour attaquer les manifestants et au final, le Bloc s'est avéré impuissant à protéger les manifestations de manière adéquate.

Ce qui est nécessaire est la mise en place de comités d'auto-défense organisés démocratiquement, basés dans les quartiers populaires et dans les usines. Il nous faut des structures démocratiques afin de protéger de manière efficace le mouvement ouvrier contre toutes les attaques. Les luttes doivent être articulées en un programme révolutionnaire clair, qui s'en prenne non seulement à l'État bourgeois, mais au système capitaliste dans son ensemble.

La police est de plus en plus démoralisée et refuse d'attaquer les manifestants
 

Il faut une organisation indépendante de la classe ouvrière et un programme


Il y a en ce moment deux grandes fédérations syndicales indépendantes, dont le nombre de membres total s'élève à 2,5 millions de travailleurs. Certains de ces syndicats au sein de ces deux fédérations ont organisé des grèves et des occupations massives et puissantes. Mais lorsque les travailleurs participent aux manifestations contre le régime ou dans les révoltes générales de masse comme à Port-Saïd, où les travailleurs constituent la vaste majorité de la population participante, ils ne le font pas en tant que travailleurs ou en tant que classe, mais en tant que manifestants à titre individuel. Seule la classe ouvrière peut montrer la voie en avant pour la lutte. Ce qu'il manque ici, c'est une voix politique ouvrière qui puisse développer la lutte et combiner les revendications économiques légitimes avec la revendication de la nationalisation des usines, etc. sous contrôle et gestion ouvriers, et développer un véritable programme socialiste révolutionnaire pour la lutte.

Ce qu'il nous faut est un parti socialiste révolutionnaire pour les travailleurs et pour les jeunes. Un tel parti peut se développer sur base des luttes quotidiennes des travailleurs dans les entreprises comme sur base des révoltes de masse. Les socialistes, les syndicalistes et les militants de groupes locaux doivent s'unir sur une base de lutte commune contre les attaques perpétrées par le gouvernement Morsi, contre les capitalistes qu'il sert et contre le système capitaliste pourri dans son ensemble, et mettre en avant un programme socialiste clair qui satisfasse aux besoins des masses pauvres et qui fasse progresser la lutte pour une Égypte socialiste.

Tandis que les Frères musulmans perdent leur soutien et que de nouvelles vagues de lutte massives ébranlent le pays, toute une série d'organisations de gauche et socialistes soutiennent toujours les forces de l'opposition laïque libérale telles que le Front de salut national (FSN) dirigé par Mohammed El Baradei, Amr Moussa et Hamdeen Sabbahi. Une telle position, dans la perspective de révoltes et d'insurrections de masse à cause de la situation économique, ne peut être qualifiée que de désastreuse.

Le FSN, tout comme le Parti pour la liberté et la justice, les salafistes ou le CSFA, ne représente au final qu'une autre faction de la classe dirigeante capitaliste. Le soutien d'une faction capitaliste par la gauche ne fait que rendre la tâche plus ardue pour le développement d'une organisation indépendante de la classe ouvrière et de la jeunesse. Lorsque les socialistes suivent une faction capitaliste, décrite comme étant “progressiste”, c'est un signe de manque de confiance dans la force de la classe ouvrière, et cela fait dévier de son objectif la lutte qui peut être menée et remportée par la classe ouvrière organisée. Tout comme certains socialistes auto-proclamés soutenaient jusqu'à récemment les Frères musulmans, le soutien à El Baradei et au FSN ne fera que freiner le développement d'une organisation des travailleurs véritablement socialiste, dont l'Égypte (et les autres pays du monde) a pourtant tellement besoin.

Afin de rallier la vaste majorité des travailleurs, des jeunes et des masses pauvres, il est nécessaire de rompre avec toute faction de la classe capitaliste et de développer et de discuter des revendications communes de lutte autour desquelles les militants syndicaux et de groupes locaux, les jeunes et les travailleurs puissent s'organiser et lutter.

El Baradei et son opposition bourgeoise se voient déjà
en “sauveurs de la patrie”

  • Non aux dictats du FMI ! Non à toute coupe dans les subsides aux denrées de base !
  • Droits démocratiques : droit de manifester, droit d'organiser des syndicats
  • Non au “rattrapage” des Frères musulmans ! Élections et contrôle démocratiques de l'administration et des cadres étatiques
  • Salaire minimum de 1200 livres par mois (86 000 francs CFA/135 €), indexation automatique des salaires en fonction du cout de la vie
  • Programme massif d'investissements public afin d'améliorer l'infrastructure, les soins de santé, l'enseignement, fournir à tous des logements de qualité à cout accessible, et créer des emplois décents
  • Nationalisation de toutes les banques, ex-entreprises étatiques privatisées et grandes entreprises sous contrôle et gestion démocratique par les travailleurs, reliées entre elles pour une planification démocratique de l'économie
  • Appel à tous les travailleurs partout au Moyen-Orient et en Afrique du Nord pour la solidarité en une lutte commune
  • Pour un gouvernement socialiste démocratique en Égyptie et une fédération socialiste d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

Le mouvement égyptien doit se structurer et s'organiser
pour pousser plus loin la révolution

Aucun commentaire:

Publier un commentaire